SIGUIRI : Des affrontements entre Donzos et forces de sécurité font 12 gendarmes blessés dont 2 cas graves.

Des affrontements ont éclaté ce mercredi, 14 juillet 2021, entre Donzo et forces de défense et de sécurité. Le conflit entre les sous-préfectures de Banko et de Koumandjanbougou autour du contrôle d’une zone minière serait à l’origine de ces affrontements qui se sont soldés par des blessés. Rapporte un journaliste de votre quotidien en ligne.

Selon un confrère basé dans la préfecture de Siguiri, ces deux sous-préfectures s’opposent à cause d’un site d’orpaillage que chacune réclame la paternité 《il y’a une zone minière entre ces deux localités (la sous-préfecture de Banko et la nouvelle sous-préfecture de Koumandjanbougou, chacune d’elles réclame la paternité du site, elles se sont portées plainte l’une contre l’autre elles sont allés à la justice. Au niveau de la justice il a ete ordonné de fermer la mine pour éviter des conflits, malheureusement l’interdiction n’a pas été respectée et un conflit a éclaté hier,  mercredi et des gendarmes ont été dépêchés sur les lieux pour rétablir l’ordre tout en disant à la population de Koumandjanbougou de dégager les lieux parceque la zone est interdite. Selon nos renseignements les citoyens de Banko n’étaient pas sur les lieux mais plutôt ceux de  Koumandjanbougou parceque ce sont eux qui insistent sur la paternité de la zone, c’est en quelque sorte le début de l’histoire》, nous a expliqué Bily Nankouman Kéïta. 

Tout est donc parti hier lorsque les gendarmes ont voulu dégager les citoyens de Koumandjanbougou sur le site, des échauffourées ont éclaté entre Donzo et forces de défense et de sécurité où le bilan a été lourd 《tout est parti hier aux environs de 11 heures du matin lorsque les gendarmes sont venus leurs demander de quitter le site, chose qui n’a pas été du goût des citoyens de Koumandjanbougou précisément les donzos qui étaient armés de gourdins, de fusils de fabrication  locale calibres 12, et quand les forces de sécurité sont arrivés dès leur premières annonces leurs demandant de quitter les lieux, c’est ainsi que les tirs ont débuté. Il y’a eu 12 gendarmes blessés dont deux cas graves qui ont été référés à l’hôpital régional de Kankan. Dans les rangs des donzos nous avons tout fait pour joindre le président du district de Koumandjanbougou mais il nous a toujours refusé. Mais selon des sources sûres il y’a eu des blessés dans les rangs des donzos mais est-ce que ce sont les gendarmes qui ont tirés sur eux, comment  ils ont été blessés, ce sont les questions que l’on se pose car ils n’ont pas voulu donner ces détails》, précise notre interlocuteur. 

A noter que selon Bily Nankouman Kéïta, le calme est revenu sur les lieux ce jeudi et des renforts ont été déployés pour maintenir la sécurité. Les deux gendarmes qui ont été grièvement blessés ont été admis à l’hôpital régional de Kankan.
OUMAR FOULA DIALLO

Les commentaires sont fermés.