TOUGUÉ : Le DSPJ de Tangaly accuse le sous-préfet de vouloir le déstabiliser pour des raisons politiques.

 

Rien ne va plus entre le DSPJ et le sous-préfet de Tangaly (préfecture de Tougué). Plébiscité en 2020 pour remplacer l’ancien DSPJ admis dans l’armée, Ibrahima Sory Kanté accuse les sous-préfet de vouloir le déstabiliser au profit d’un de ses proches, pour des raisons politiques. Des accusations niées et rejetées en bloc par ce dernier qui les qualifie d’ailleurs de « diffamation ». Apprend un journaliste de c24news.info.

Joint au téléphone, l’actuel dspj de Tangaly explique 《actuellement nous ne conjuguons pas le même verbe avec le sous-préfet parequ’en 2019 lorsque mon prédécesseur a été admis dans l’armée, nous avons fait trois mois sans dspj car le bureau n’avait pas de vice-président. A chaque fois que nous partons chez le sous-préfet il nous donne toujours des arguments et des faux programmes tout simplement parcequ’il ne voulait pas que j’assure l’intérim. Après avoir passer trois mois sans activités de la jeunesse les jeunes se sont mobilisés pour aller à la rencontre du sous-préfet pour lui faire savoir qu’ils veulent avoir un dspj, qu’il soit moi ou un autre. Et le DPJ même a contacté le secrétaire communautaire pour lui réclamer une liste de la direction sous-préfectorale de Tangaly, ce dernier a immédiatement appelé le sous-préfet pour l’informer et c’est ainsi que ce dernier a instruit à un certain M Kalidou de lui dresser une autre liste tout en m’écartant alors que c’est moi qui ai été choisi par les jeunes car il ne serait pas satisfait si c’est moi qu’on met à la tête de la liste, il veut imposer un autre jeune qui est proche de lui et c’est pour des raisons politiques car il veut lui récompenser》, explique Ibrahima Sory Kanté.

Du berger à la bergère, le sous-préfet n’a pas tardé à répondre aux « accusations » qui lui sont reprochées par le DSPJ tout en les qualifiant de « diffamation ». Ousmane Aïssata Camara nie toute ingérence à caractère politique dans les affaires dites des jeunes 《si le DSPJ le dis ainsi mais c’est une façon de diffamation sinon moi je ne suis pas contre lui, si je ne les appuie pas je ne peux pas les déstabiliser, c’est une équipe qui a été mise en place et que j’ai transmis à travers mon adjoint parceque j’étais absent à la préfecture pour la confirmation, ils ont donc été confirmé et ils font leur travail, et moi je les avais dit que leur service est un service déconcentré et c’est loin d’un service politique, relevant du contrôle du sous-préfet. Cela étant, pour moi il ny’a pas de couleurs politiques dedans, d’ailleurs si c’est moi qui choisissais je n’allais pas le choisir parceque je vois qu’il n’est pas efficace, pour avoir fait ici un bon temps (plus de 10 ans), je sais qui est qui et qui est capable de faire quoi mais puisque j’ai réunis les quatre districts et ils m’ont déposé une liste que je dois transmettre à la préfecture pour la confirmation cela a été fait, ils lui ont mis en tête et j’ai peut-être contesté puisque je le connais, maintenant ils ont dit que c’est lui leur souhait j’ai dit qu’il ny’a pas de problème et c’est cette liste qui a été effectivement envoyée à la préfecture et il est toujours dans ses fonctions et il n’a qu’à prouver qu’il est capable, si il l’est mais qu’est-ce que moi j’ai à foutre dans ça ? Rien !
Un DSPJ c’est lui qui doit faire des propositions et il vient vers mois, c’est pas moi qui dois courir vers lui. Je lui ai approché pour lui faire comprendre que je n’ai rien contre lui, quand je suis venu la première des choses que j’ai faite c’est de chercher à bannir cet esprit pour dire que c’est loin d’être un service politique》, réplique le sous-préfet, Ousmane Aïssata Camara.
A noter que l’actuel DSPJ était le secrétaire du bureau de la jeunesse de Tangaly depuis 2017 avant d’être plébiscité pour assurer l’intérim en 2020 pour un mandat de 5 ans.

OUMAR FOULA DIALLO

Les commentaires sont fermés.